Nouvel EP d’Azu Tiwaline "VESTA" | I.O.T. Records

I.O.T. RECORDS PRÉSENTE LE NOUVEL EP D’AZU TIWALINE "VESTA"

Azu Tiwaline, c’est le nom d’une productrice portée par le besoin d’explorer ses origines. Un appel à un son différent, organique et brut, vibrant dans les grands espaces du désert africain où résonnent les musiques de transe. Tel un rituel extatique, synthétisant son héritage tunisien et ses techniques, celles de la musique électronique minimaliste et répétitive.

Son premier album est une exploration de son identité aux multiples facettes. ‘Draw me a silence’, produit par I.O.T Records en 2020, dénoue les liens qui unissent musiques berbères, culture dub et hypnose techno, invitant à un recentrage sur nos sens et notre nature première. Cette composition, sorte de clair-obscur polyrythmique mystérieux jouant des contrastes entre le visible et l’invisible, a su attirer toutes les lumières de la scène électronique alternative.

Accompagnée par ce nouveau souffle chaud et dense, Azu Tiwaline a été invitée dans de prestigieux labels anglais comme Livity Sound ou Houndstooth, et à animer des podcasts pour Dekmantel, Crack Mag, Ilian Tape ou Boiler Room. Reconnue par ses pairs et diggers du monde entier, elle est depuis programmée dans les meilleurs clubs et festivals d’Europe, d’Amérique du Nord et, prochainement, d’Australie.

Son EP ‘Vesta’, prévu en juin 2022, sonne l’heure de son premier retour chez I.O.T Records, son label historique. Un projet né de sa rencontre avec un fragment d’astéroïde, où se lient et se heurtent l’organique, le minéral et l’astral. De la profondeur et densité de matières à l’espace et ses lumières, la musique d’Azu Tiwaline tisse, cette fois, des liens entre le terrestre et le céleste.

Vesta’ est le plus brillant des astéroïdes visible depuis la Terre. Mesurant
500km de diamètre, c’est l’une des quatre plus impressionnantes entités de la ceinture d’astéroïdes située entre Jupiter et Mars. Quelques-uns de ces fragments ont été retrouvés sur notre planète, sous forme de météorites éjectées depuis l’espace après deux collisions, laissant d’énormes cratères à sa surface. Ceux-ci témoignent de ce qu’était probablement Vesta, autrefois : une planète elle-même, composée du même matériau que les quatre terrestres de notre système (Mercure, Vénus, Terre et Mars).

C’est une rencontre avec l’un de ces fragments, qui a inspiré le nom du dernier EP d’Azu Tiwaline, pour I.O.T Records. ‘Vesta’ contient des morceaux écrits et
enregistrés à la même époque que ‘Magnetic Service’, son premier EP pour Livity Sound. En tenant dans ses mains un morceau de Vesta trouvé dans le désert du Sahara - un lieu qui a déjà une signification profonde pour elle -, l’artiste a alors ressenti un sentiment d’émerveillement, à l’échelle cosmique. Dans ses mains se trouvait un objet apparemment familier, du même âge et fait des mêmes matériaux fondamentaux que la Terre sur laquelle elle se trouvait, mais venant d’un tout autre endroit. Un nom parfait pour les quatre morceaux qui composent ‘Vesta’. Un matériau tout aussi idéal pour la pochette de l’EP elle-même, une image au microscope de cette entité cosmique qu’Azu tenait dans la main.

‘Vesta’ est un projet qui nous semble aussi proche que venu d’ailleurs. On reconnait Azu Tiwaline dès le début, mais l’inattendu y trouve toujours une place. Un kick retentissant, en écho, ouvre le projet dans ‘Lowww’, suivi par le son cliquetant d’un tanbur, offert par son collaborateur régulier, le percussionniste et producteur franco-iranien Cinna Peyghamy. Puis, timidement au début, une ligne de synthétiseur jazzy émerge et disparaît, pour réapparaître plus tard. Une autre couleur à ajouter à la palette déjà riche d’Azu Tiwaline ?

Sa musique a toujours exploré les dynamiques entre espace et profondeur, les contrastes entre lumière et densité. Dans ‘Vesta’, l’artiste cherche à créer des instants de respirations, au fur et à mesure que l’air se remplit de motifs de batterie et lignes de synthé. ‘Medium Time’ pourrait être comparé à un chœur d’insectes bourdonnant. Cette épaisse piste percussive, présent pendant huit minutes, se lie à ce son initial très ouvert, comme un crépuscule. ‘Into The Void’, quant à lui, rend hommage à sa collection de singles 12 pouces de Rhythm & Sound et Basic Channel, avec ses échos dub et ses grosses caisses langoureuses. Puis, au milieu de la piste, il pivote en intensité, chaque élément étant soudainement étendu et magnifié : un changement psychédélique. Ceux qui ont eu la chance de voir Azu Tiwaline se produire ces dernières années auront peut-être quelques flashbacks - c’est un élément clé de son set live.

Mais c’est le dernier morceau, ‘Deep Theko’, qui pourrait correspondre le mieux au titre cosmique de l’EP. Un morceau ambiant qui évolue sans jamais se stabiliser, en constante dérive, de ses percussions et ses synthés sporadiques, aléatoires projetés.
Une représentation sonore de débris planétaires flottant dans l’espace ? Ici, comme dans l’espace sans air, le vide permet une certaine perspective. Après tout, si les distances entre les étoiles n’étaient pas si énormes, nous ne pourrions pas les contempler dans leur intégralité.

Plus d’infos > ICI <, > ICI < & > LÀ <

ON TOUR :
Audra Festival – Kaunas, LT – July 1, 2022
Free Rotation Festival – Hereford, UK – July 10, 2022
Village Undergound – London, UK – July 15, 2022
Soup Kitchen – Manchester, UK – July 16, 2022
Dunj (TBA) – Sydney, AU – July 22, 2022
Unsound – Adélaïde, AU – July 23, 2022
Modern Hypnosis (TBA) – Melbourne, AU — July 29, 2022
Capital Ballroom – Victoria, CA – July 30, 2022
Kremwerk – Seattle, US – August 18, 2022
Yu Yu Club (TBA) – Mexico, MX – August 19, 2022
The Bunker (TBA) – New York, US – August 20, 2022
TBA – Philadelphia, US – August 27, 2022
Mutek – Montréal, CA – August 28, 2022
TBA – Fribourg, CH – Septembrer 3, 2022
Dimensions Festival – Tisno, HR – September 5, 2022
TBA – Bristol, UK – September 16, 2022
IWA Festival – Melilla, SP – October 8, 2022
Linecheck Music Festival (TBA) – Milan, IT – November 24, 2022