MCAC - Résultats de l’ENQUETE FLASH CULTURE & Billets d’Humeur !

Mobilisation et Coopération Arts et Culture
contre le COVID-19 :
quels mesures et accompagnements pour faire face à la crise ?

Enquête flash Mobilisation et Coopération Art et Culture contre le COVID 19 JUIN 2020

Depuis plusieurs mois, l’UFISC, ses organisations membres et plusieurs organisations, réseaux, fédérations s’associent et se mobilisent auprès des structures artistiques et culturelles et de l’ensemble de nos concitoyen·ne·s pour faire face à l’extension et à l’impact de l’épidémie de COVID-19.

En réaction à la crise, de nombreux réseaux, fédérations, syndicats se sont immédiatement mobilisés en faisant notamment circuler des questionnaires en ligne afin de faire remonter du terrain les problématiques rencontrées « à chaud » par les acteur·trice·s.

Afin de compléter ces premières remontées d’informations, les Acteur·trice·s Culturel·le·s mobilisé·e·s collectivement contre le COVID-19 ont lancé une grande enquête flash, de rayonnement national et adressée à l’ensemble du champ culturel. Son objectif est d’affiner les réponses collectives qu’il convient d’apporter aux acteur·trice·s par le biais de mesures et d’accompagnements collectifs et individuels personnalisés et adaptés.

Nous sommes en effet convaincu·e·s que seule une approche collective et concertée de l’analyse des problématiques rencontrées permettra de ne laisser personne « au bord de la route », dans le respect des principes d’intérêt général et de solidarité défendus par les Acteur·trice·s Culturel·le·s mobilisé·e·s.

Cette enquête nous a permis de disposer d’une photographie précise de la situation du secteur au début mai 2020. Vous pouvez désormais consulter la note de synthèse ci-dessus ou en cliquant sur l’image.

Pour toute question ou information complémentaire concernant cette enquête, merci d’envoyer un message à : enquetecovid19@ufisc.org
Téléchargez le document https://urlz.fr/dtSS

Les organisations impliquées et relais du questionnaire :

ACTES IF - Réseau solidaire de lieux culturels franciliens
AJC - Association Jazzé Croisé
CITI - Centre International pour les Théâtres Itinérants
L’Espace de Coopération Musiques Actuelles en Bretagne
FAMDT - Fédération des acteurs et Actrices de Musiques et Danses Traditionnelles
FEDELIMA - Fédération de lieux de musiques actuelles
FERAROCK - Fédération des Radios Associatives Musiques actuelles
FNAR - Fédération nationale des arts de la rue
FNEIJMA - Fédération Nationale des Ecoles d’Influence Jazz et Musiques Actuelles
FRAAP - Fédération des Réseaux et Associations d’Artistes Plasticiens
FRACA-MA - Pôle région Centre-Val de Loire musiques actuelles
GIPIM - Groupement Informel des Promotions Indépendantes Musiques)
GRAND BUREAU - Réseau musiques actuelles Auvergne-Rhône-Alpes
KOLET’ - Le réseau des acteurs culturels du spectacle vivant de La Réunion
OCTOPUS - Fédération des Musiques Actuelles en Occitanie
OPALE - Organisation pour Projets ALternatifs d’Entreprise
PAM - Pôle de coopération des Acteurs de la filière Musicale en Région Sud
PRMA REUNION - Pôle Régional des Musiques Actuelles de La Réunion
RADIO CAMPUS FRANCE
RAVIV - Réseau des Arts Vivants en Île de France
RIF - Réseau des Musiques Actuelles en Ile-de-France
RIM - Réseau des indépendants de la musique
RMAN - Réseau des Musiques Actuelles en Normandie
SMA - Syndicat des Musiques Actuelles
THEMAA - Association Nationale des Théâtres de Marionnettes et des Arts associés
UFISC - Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles
ZONE FRANCHE - Réseau des musiques du monde"


Adresse au gouvernement sur la reprise d’activité et le plan de soutien au secteur artistique et culturel

Les activités relevant des arts vivants et de la culture sont totalement à l’arrêt depuis les premières mesures prises contre la Covid19, et elles seront parmi les dernières à reprendre.

Ce sont des dizaines de milliers d’entreprises, pour l’essentiel toutes petites, dans tous les territoires, qui perdent directement au moins la moitié de leur activité de l’année et ne pourront reprendre une activité normale avant au moins un an voire deux. C’est un écosystème dense qui est bouleversé et ses centaines de milliers de salarié.e.s, d’auteur.e.s, de fournisseurs, qui sont confronté.e.s pour longtemps à une précarité accrue : tou.te.s sont menacé.e.s de disparaître.

Il faut, dans la durée, rassembler l’ensemble des moyens disponibles et les organiser en concertation avec tou.te.s les acteur.trice.s des filières concernées, des citoyen.ne.s aux autorités de tutelle en passant par les salarié.e.s et les entreprises dans toute leur diversité.

L’art et la culture sont une dimension essentielle de notre vivre-ensemble.

Dans ce contexte de gestion d’une crise sanitaire sans précédent et de mesures exceptionnelles, la participation à la vie culturelle de toutes et de tous est un enjeu crucial pour faire vivre les libertés, le lien social, les imaginaires.

L’Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles (UFISC) avec ses 16 organisations professionnelles d’employeurs membres, associée à un grand nombre d’autres organisations et collectifs dans la Mobilisation et Coopération Art et Culture - MCAC pour coordonner une réponse collective des secteurs artistiques et culturels, demandent des politiques publiques concertées à la hauteur de ces enjeux d’intérêt général.

Les acteur.trice.s artistiques et culturel.le.s ont besoin :

- de réponses à la fois claires et circonstanciées, nationales et adaptées à leurs situations territoriales.
- d’un plan de secours immédiat qui dure a minima jusqu’à la fin de la saison 2020-21, tant est impossible la reprise normale de leurs activités.
d’espaces de dialogue et de concertation continue avec l’Etat et avec les collectivités territoriales et leurs groupements.

Les mesures que nous demandons :

- Des clarifications urgentes de l’Etat en matière de calendrier de reprise et d’obligations de santé publique pour permettre à tou.te.s les acteur.trice.s de décider de son organisation et d’anticiper les mesures sanitaires indispensables et les mettre en place.
- La poursuite du travail dans les instances de concertation professionnelles (CNPS, CNPAV) pour définir, en concertation avec les autorités sanitaires et toutes les organisations professionnelles, un plan détaillé précisant a minima les conditions sanitaires, concernant les travailleur.euse.s et concernant les publics, qui seront exigées pour autoriser la reprise de chaque type d’activité dans nos secteurs.
- La définition de processus qui permettent d’articuler les mesures générales édictées au niveau national et la prise en compte des situations territoriales, en dialogue avec les préfets et les collectivités et dans le cadre d’espaces territoriaux de concertation entre acteur.trice.s et collectivités publiques, associés aux CTC en région.
- Des mesures économiques pour mettre en œuvre les mesures sanitaires dans les structures les plus fragiles (équipement de sécurité pour les équipes, les artistes, les publics, achat de masques/gels/gants, achats de tests, aménagement des locaux et des jauges, mise aux normes, prestations supplémentaires, etc.).
- Le soutien économique à la formation des équipes, notamment les salarié.e.s intermittent.e.s, et l’accompagnement des entreprises, majoritairement des TPE d’économie sociale et solidaire.
- L’extension de toutes les mesures exceptionnelles jusqu’en août 2021 (activité partielle, fonds de solidarité, politiques d’appui en matière de cotisations sociales, de charges et de crédits, etc.), sans discrimination pour les acteurs non lucratifs et solidaires.
- La mise en œuvre opérationnelle et rapide de la protection sociale des intermittent.e.s, auteur.e.s et précaires du champ culturel, selon les promesses du Président de la République.
- Le développement de politiques de secours et de reconstruction à travers un plan d’aide à l’emploi et de soutien massif aux processus coopératifs dans les territoires.
- La révision et l’amplification des fonds de soutien pour le champ culturel, en particulier pour les TPE artistiques et culturelles d’initiative privée d’intérêt général.
- Le maintien et le développement concerté de l’ensemble des soutiens publics accordés dans un cadre d’intérêt général en 2020 et 2021, confirmation des subventions accordées et l’allongement d’une année des conventions pluriannuelles de financement, reprise des commissions d’attribution des aides au secteur culturel, orientation des financements européens structurels et territoriaux vers les structures culturelles, simplification des procédures administratives et accélération des versements.

L’ensemble de ces mesures doit s’élaborer dans un cadre de coconstruction active, rassemblant les acteurs et actrices culturelles, l’Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements, dans leurs différentes dimensions, parce que l’espace culturel est un écosystème foisonnant et touchant à de multiples dimensions de la vie de nos concitoyen.ne.s.

Plus d’informations : contact@ufisc.org

Téléchargez le document : https://urlz.fr/dtTc


Communiqué des membres de l’UFISC associés à plusieurs autres organisations, réseaux et fédérations - 26/05/2020

EST-CE TROP DEMANDER QUE DE LA COHÉRENCE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT, MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE, MONSIEUR LE MINISTRE ?

Depuis les premières restrictions d’activité des salles de spectacle, le 9 mars, les annonces présidentielles et gouvernementales concernant les activités artistiques et culturelles s’enchaînent de manière erratique.

Comment peut-on affirmer le 16 avril que de « petits festivals » pourraient se tenir à partir du 11 mai, comme si ces milliers d’événements étaient en mesure de s’adapter d’un jour à l’autre à de nouvelles conditions d’accueil, alors qu’aujourd’hui la quasi-totalité des festivals d’été est annulée et que les festivals d’automne n’ont à ce jour aucune visibilité quant aux conditions de leur tenue ?

Comment peut-on annoncer le 15 mai que la Fête de la musique aura bien lieu, que les parcs à thèmes et les lieux de cultes rouvrent, alors que l’ensemble de nos établissements sont fermés au public, qu’aucun atelier de pratiques artistiques de proximité n’est autorisé, qu’aucune équipe artistique n’a pu réellement reprendre son activité, et que la plupart des salles de spectacle ou de concert n’envisagent aucune reprise possible de la diffusion avant janvier 2021 ?

Comment peut-on interdire les événements de plus de 5.000 personnes jusqu’au 1er septembre, les regroupements de plus de 10 personnes jusqu’au 2 juin, sans limitations intermédiaires à venir, et rouvrir le Puy du Fou ?

Comment peut-on faire de telles annonces alors qu’elles sont en totale contradiction avec les protocoles sanitaires promus par le ministère de la Culture pour l’ensemble des pratiques artistiques et culturelles, pour la tenue des festivals et la réouverture des lieux au public ?

Comment peut-on être autant déconnecté de nos réalités professionnelles, de nos calendriers, de nos outils de travail ?

Comment peut-on annoncer le 6 mai des mesures pour la culture (prolongation des droits pour les intermittents du spectacle, commandes publiques massives pour les créateurs, fonds festivals...) et n’en n’avoir, trois semaines après, aucune traduction concrète ?

Comment peut-on « refonder une ambition culturelle pour la France » en « libérant les énergies créatrices et en donnant aux artistes confiance et visibilité » sans qu’aucune mesure sérieuse de politique publique ne soit prise ?

Comment peut-on annoncer pour le secteur culturel 50 millions d’euros par-ci, 5 millions par-là, alors que le tourisme, fortement dépendant de nos activités, se voit proposer une enveloppe de 18 milliards ?

Comment peut-on si peu connaître les domaines de la culture qui sont faits de professionnels, organisés et structurés ? Comment peut-on nous traiter comme des amuseurs publics, des histrions égocentriques vivant par et pour leur passion, alors que nos activités ont un poids économique direct de 47,5 milliards d’euros, soit 2,2 % de l’économie française et concernent 2,4 % de sa population active ?

Comment peut-on tenir aussi peu compte des arts et de la culture, quand ils s’appuient sur les droits humains fondamentaux et revendiquent l’émancipation des personnes et le développement de leurs capacités ? Comment peut-on privilégier la rentabilité économique et les seules industries au détriment de la multiplicité des forces citoyennes au service de l’intérêt général ?

Vos annonces distillées au compte-goutte, contradictoires et incohérentes épuisent les acteurs, ajoutent de la confusion à la situation, de la désespérance à la fragilisation.

Souhaitez-vous vraiment que le monde des arts et de la culture sorte de cette crise ? Alors, faites-le avec nous, pas contre nous !

Retrouvez le communiqué avec la liste des signataires à jour sur le site de l’UFISC.

Télécharger le communiqué
Retrouvez tous les communiqués de la Mobilisation et Coopération Art et Culture
http://ufisc.org